Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ?

Denis Beraud - iCom BS

 

Par Denis BERAUD  Co-fondateur d’iCom Business Services.

 

Les concepts 2.0 fleurissent dans tous les domaines, laissant parfois perplexes, lorsque l’on ne saisit pas les principes du Web2.0, technologies à l’origine de ces termes.

Le Management 2.0 n’échappe pas à ces interrogations, et cet article se propose d’en analyser le contenu.

 

 

Rappelons donc d’abord ce que sont les technologies Web2.0. Elles désignent l’ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages qui simplifient et facilitent l’accès des internautes aux nouvelles fonctionnalités du web. Ainsi, les internautes contribuent à l’échange d’informations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social. L’internaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile.

 

Pour reprendre la notion de nuage de mots, les mots clés du Web2.0 sont « simplicité d’utilisation», « interaction », « participation » aux contenus des pages et discussions du Web social.

De façon encore plus concrète, les technologies Web 2.0 sont celles qui permettent à tous les individus, de diffuser de l’information sur des pages Web, sur les intranets d’entreprises, ou bien d’échanger avec des communautés à travers des réseaux sociaux (Blogs, micro bloging….). Ces échanges s’amorcent indépendamment des structures organisationnelles et décloisonnent les organisations.

Elles génèrent des enjeux colossaux liés au développement de l’information, non seulement dans la capacité des individus à capter une information exponentielle, mais aussi dans leur capacité à contribuer et à diffuser l’information, ouvrant de nouveaux champs de responsabilité à tout détenteur d’ordinateur, tablette ou mobiles.

 

Si l’influence du Web 2.0 dans nos sociétés civiles n’est plus à démontrer, par exemple dans les révoltes des printemps arabes, elles transforment également les organisations et entreprises, contribuant à la digitalisation de l’entreprise. Elles donnent la possibilité de développer des managements plus participatifs, développant la responsabilité de chacun des membres d’une organisation ou communauté, tirant mieux partie de leurs compétences.

L’heure est à la responsabilité partagée, pour partager l’information et collaborer, afin de trouver les meilleures solutions, par l’intelligence collective, ou mieux encore l’intelligence collaborative, dans un monde de plus en plus complexe et imprévisible.

 

La meilleure image est sans doute celle d’une équipe sportive, celle de l’équipe de Barcelone, qui, combinant les compétences individuelles avec une organisation de jeu favorisant le collectif, permet le développement et la complémentarité des talents, pour atteindre les niveaux de performances durables et inégalés que chacun connait.

FC Barcelone - Collaboratif

Le management participatif renouvelle le management hiérarchique, le management par exemplarité s’oppose au management statutaire.

A l’heure de l’ère post industrielle, l’économie des services, de l’information représente 75% de la population active. La différentiation passe par l’intelligence collective et par l’innovation permanente, rendue elle-même nécessaire par la facilité de reproduire, intrinsèque au monde du savoir.

 

Si le management 2.0 présente aussi des risques importants, comme le manque de réactivité des prises de décisions, la désinformation ou la manipulation de l’information, c’est cependant un des principaux enjeux de demain, pour rendre les organisations plus performantes, et plus innovantes.

Cette évolution n’oppose pas les technologies aux hommes. Au contraire, celles-ci permettent l’émergence de modes de management centrés sur les hommes. Elle suppose toutefois de la part de l’ensemble de l’équipe, y compris du management, une transparence dans l’information, une confiance mutuelle des protagonistes et une responsabilité individuelle et collective autour d’un intérêt commun.

 

Le Management 2.0 se résumé assez bien par la phrase de Jean-François Zobrist, qui a appliqué ces concepts avec succès au sein de Favi, leader mondial en fonderie d’alliages cuivreux : « Il n’y a pas de performance sans bonheur, il n’y a pas de bonheur sans responsabilité ».

5 comments on “Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ?

  1. Pingback: Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ? iCom Business Services | Innovation Managériale | Scoop.it

  2. Pingback: Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ? iCom Business Services | Institution digitale | Scoop.it

  3. Belle conclusion.
    De la à dire que le management classique réduit les responsabilités au néant, il n’y a qu’un pas.

  4. Pingback: Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ? iCom Business Services | Outils pour Document & Information Manager (D&iM) | Scoop.it

  5. Pingback: Management 2.0 : concept fumeux ou réalité ? iCom Business Services | D&IM (Document & Information Manager) | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les balises HTML ne sont pas autorisés.